Simon Ousimon sur scène !
les 26 et 28 avril 2013
à 19h45
Au théâtre Pixel,
18, rue Championnet
75018
M° Simplon
"Simon Ousimon, La conférence", 1h05, 12/8€, résa conseillée: écrire à simon@simonousimon.com

Nouveautés !

[15/09/2019]Finalement, c'était mieux avant.
[22/03/2014] Tu peux maintenant faire un don à l'artiste, pour l'aider à réaliser son rêve de devenir pianiste ! Le bouton hideux à coté sur la colonne de droite !
[28/12/2013] En fait non, aucune.
[10/09/2010] Bientôt une nouvelle rubrique 'Courrier des lecteurs' va apparaître ! Si tu veux participer, envoie ton message à l'adresse simon@simonousimon.com . S'il est trop bien, il sera publié ! Sinon il sera magnanimement ignoré, d'autant plus que si l'afflux des contributions est trop important, je ne pourrais peut être pas répondre à tout le monde, je ne suis qu'un être humain quand même. Alors croise les doigts et creuse toi les méninges, je suis sûr que tu peux y arriver !
[30/04/2010] Nouveau sondage ! Si tu veux toi aussi une journée nationale de la perruque, participe ! (attention, il y a des pièges...)
[04/04/2010] Tu peux devenir fan du blog sur sa page facebook ! Clique à l'endroit approprié dans la colonne de droite et deviens un ami de la page du site !


vendredi 4 février 2011

Chaussette

L'étalon de mesure du temps qui passe. Quand le temps avance, la chaussette s'effiloche, plus ou moins vite en fonction du prix qu'elle t'a couté, un doigt de pied ou ton talon apparaissent dans toute leur naïve et indolente immanence, et alors tu te rappelles que toi aussi tu finiras un jour dans une poubelle. Mais ça ne marche que si tu ne sais pas tricoter et raccommoder. Dans le cas contraire, tu vis dans une douce illusion qui pourrait disparaitre brutalement et te laisser démuni voir même surpris devant la triste réalité qui se manifestera à toi à ce moment fatidique donc, qui je le souhaite arrivera le plus tard possible. Mais comment ne pas penser alors au paradis perdu de l'enfance où la lumière du soleil couchant était comme le signal d'une dimension provisoirement alterée, auquel  l'âme trépignait de répondre sans savoir comment ? 

Aucun commentaire:

HHHééééééé

Si tu peux le faire, n'hésite pas à laisser des commentaires, j'ai besoin d'être encouragé, ce blog me demande une énergie considérable et me pousse parfois au bord de l'abime de la dépression nerveuse. Même si tu n'aimes pas tu peux l'écrire, ne t'inquiètes pas, et même si ton commentaire est trop pourri, dans le pire des cas je pourrai le supprimer. Merci à toi !